Bonnes pratiques pour la location de parking

Quelques fondamentaux nécessaires à connaitre dans le registre de la location de parking entre particuliers

De nombreux articles de presse ont récemment décrit la location de parking comme un investissement et un placement d’avenir. En effet, avec des rendements moyens de 6 % par an, ce placement peut être lucratif.

L’absence de réglementation spécifique rend peu contraignant ce type de location, et incite de plus en plus de personnes à louer une place de parking inoccupée. L’occasion pour certains d’arrondir leurs fins de mois, pour d’autres la possibilité de diversifier leurs placements financiers.

Comment acheter un parking ?

Pour les investisseurs, procéder à une « étude de marché » dans le quartier s’impose avant l’achat de votre place de parking ! Quelles sont les conditions tarifaires des parkings publics et privés à proximité ? Quelle est la rareté des places dans le quartier et pour quel type de stationnement (courte ou longue durée) ? Facilité d’accès, sécurité et état général du bien autant d’arguments de location : « et vous, seriez-vous prêt à vous garer à sur cet emplacement ? ».

Rentabiliser son parking ?

Déterminer le juste prix de la location de votre place de parking et estimez la rentabilité de votre bien. Un bon rapport qualité-prix est sans doute le facteur le plus important à respecter afin de limiter la vacance de votre place de parking tout au long de l’année. Se situer légèrement en dessous des prix des places de parkings publics et privés du quartier tout en jouant sur l’assurance d’une place libre appropriée, autant d’éléments favorables à la location de votre place de parking.

Les règles à respecter pour louer son parking

– Vérifier dans le règlement de copropriété qu’il ne soit pas interdit de louer une place de parking lorsque vous n’êtes pas résident de l’immeuble. Demandez à recevoir les derniers procès verbaux d’assemblée générale.

– Finalisez la location de votre place de parking par la réalisation d’un contrat. Ce dernier indiquera la durée de la location, le loyer perçu, la durée du bail, l’indice de révision annuel du loyer ainsi que ses modalités de résiliation. De plus, il peut-être utile de procéder à un état des lieux de la place de parking et de demander une caution dans le cas d’un prêt de bip ou de badge magnétique.

Lien utile : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F14747.xhtml

– Procéder aux formalités d’assurance. Selon que vous résidiez dans un immeuble ou dans une maison, il est conseillé de montrer patte blanche avant que ne parvienne un sinistre. En fonction de l’emplacement loué, la prise en charge des dommages se fera soit par votre assurance multirisque habitation, soit l’assurance de la copropriété ou l’assurance du véhicule.

Déclarer les revenus perçus au titre de vos impôts sur le revenu, sans oublier que vous êtes éligibles à la taxe foncière et aux charges de copropriété en cas de travaux, heureusement le tout relatif à la surface au sol du parking.

bonnes pratiques parking
Remonter